Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Miracle Numérique du Coran

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Tarbiya islamiya
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lord
G.Moderateur
G.Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 071
sexe:
devise: tsliiiiiim
Localisation: salé/casa
Point(s): 3 067
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 19/12/2005 12:59:21    Sujet du message: Miracle Numérique du Coran Répondre en citant

Il est à remarquer que le secret le plus profond semble avoir trait aux lettres initiales d’ouverture telles que : Alif, Lâm, mim - Kâf, ha, ya, In, Sad - Nounn, etc.

A première vue, le rapport qui existe entre ces initiales d’ouverture et le chiffre 19 se caractérise par ceci :

la somme des lettres initiales d’ouverture représente la moitié de l’alphabet de la langue arabe, donc 14.

le nombre des ouvertures à initiales dissemblables est aussi égal à 14

Le nombre des sourates ayant des ouvertures s’élève au total à 29.

Or, la somme de ces derniers chiffres donne : 14 + 14 +29 = 57 donc 19 x 3

Notre Seigneur ‘‘Gloire à LUI’’ nous a informés dans huit sourates à ouvertures symboliques que ces initiales sont les signes ou les miracles, du Coran : ‘‘Ayât’’.

Ainsi, dans les sourates : JONAS, JOSEPH, LE TONNERRE, AL HIJR, LES POETES, LES FOURMIS, LE RECIT, LOKMAN, nous trouvons immédiatement après les initiales d’ouvertures, l’explication qu’il s’agit de miracles, à savoir :

Alif Lâm Râ. Ce sont les miracles du Livre sage, 10.1

Alif Lâm Râ. Ce sont les miracles du Livre évident, 12.1

Alif Lâm Mim Râ. Ce sont les miracles du Livre, 13.1

Alif Lâm Râ. Ce sont les miracles du Livre et d’une Lecture évidente,

T’â Sin Mim. Ce sont les miracles du Livre évident 26.1-2

T’â Sin. Ce sont les miracles du Coran et d’un Livre évident 27.1

T’â Sin Mim. Ce sont les miracles du livre évident 28.1-2

Alif Lâm Mim. Ce sont les miracles du Livre sage 31.2

Jusqu’à l’heure actuelle, la plupart des interprètes et exégètes du Coran ont traduit le terme en question ‘‘Ayât’’ par versets, alors que Dieu nous montre explicitement qu’il s’agit de miracles ou de signes, comme cela est indiqué à plusieurs reprises dans le Coran avec la signification de miracles ou de signes, voir par exemple la sourate 30 ‘‘LES BYZANTINS’’ où l’on trouve des exemples significatifs à propos du contenu sémantique du mot ‘‘Ayât’’. Ce terme a effectivement deux significations : versets et Signes. Mais dans ladite sourate n°30 ainsi que dans d’autres passages du Coran, le mot ‘‘ayât’’ désigne clairement les miracles ou les signes et non pas les versets, exemple : « Parmi Ses Signes : Il vous a créés de poussière, puis vous voici des hommes dispersés sur la terre. » 30.20 « Parmi Ses Signes : Il a créé pour vous, tirées de vous, des épouses afin que vous reposiez auprès d’elles, et Il a établi l’amour et la bonté entre vous. » 30.21 « Parmi Ses Signes : la création des cieux et de la terre ; la diversité de vos idiomes et de vos couleurs. » 30.22 « Parmi Ses Signes : votre sommeil la nuit et le jour ; votre recherche de Sa Grâce. » 30.23 « Parmi Ses Signes : Il vous montre l’éclair, sujet, à la fois, de crainte et d’espoir. Il fait descendre du ciel une eau, grâce à laquelle Il rend la vie à la terre quand elle est morte. » 30.24 « Parmi Ses Signes : le ciel et la terre se maintiennent en place sur Son ordre. Puis lorsqu’Il vous appellera d’un seul appel, voilà que vous surgirez de la terre. » 30.25 « Parmi Ses Signes : Il déchaîne les vents annonciateurs de bonnes nouvelles, pour vous faire goûter quelque chose de Sa miséricorde ; pour que le vaisseau vogue sur Son ordre et que vous recherchiez Ses bienfaits. » 30.46

La lettre Câf se répète dans la sourate qu’elle désigne (Câf) 57 fois, donc 19 x 3. Mis à part cette sourate intitulée Câf, il y a une seule sourate dans le Coran où la lettre Câf figure parmi les initiales d’ouverture : il s’agit de la sourate ‘‘la Consultation : Ha Mim Ain Sin Câf ’’. Dans cette sourate, la lettre Câf se répète également 57 fois, soit 19 x 3. Lorsque nous faisons l’addition des deux nombres concernant la lettre Câf dans les deux sourates sus-indiquées (57 + 57) nous avons un total de 114 et cette somme représente évidemment le nombre des sourates du Saint Coran.

Il est à noter que la sourate Câf débute comme suit : ‘‘Câf et le Saint Coran’’. Cela sous-entend que cette lettre Câf représente les 114 sourates qui sont le Coran, tout le Coran, rien que le Coran. Les initiales de la sourate 7 (Alif, Lâm, Mim, Sâd) comptent au total dans cette même sourate 5358 lettres, soit 282x 19. Les initiales de la sourate 19 (Kâf, Ha, Ya, Ain, Sâd) se répètent 798 fois dans la même sourate : le chiffre 798 est le produit de 42x19 II y a huit sourates (2, 3, 7, 13, 29, 30, 31 et 32) qui ont en commun les mêmes initiales A.L.M (Alif, Lâm, Mim). Le nombre de ces lettres initiales dans les huit sourates s’élève à 26.676, soit 1404x19

Il ressort de là que le calcul et la précision avec laquelle, chaque verset, chaque mot et chaque lettre ont été placés, confirme irréfutablement l’origine surhumaine du Saint Coran et par conséquent l’impuissance totale des hommes et des Djinns à en produire pareil.

Voici entre autre un exemple significatif de ce calcul : dans le 13 verset de la sourate Câf nous lisons : ‘‘Et les Aad et Pharaon et les frères de Loth’’(Ikhwâni Lût).

Il est évident que les gens qui ont démenti Loth s’appellent dans le Coran ‘‘Peuple de Loth’’ (qawm lût) Par contre, dans la sourate Câf, ils sont désignés exceptionnellement par l’expression ‘‘frères de Loth’’. ( ikhwâni lût) Cette variante a-t-elle une signification ? Eh, oui, parce que l’emploi de ‘‘Peuple de Loth’’ ( Qawmi Lût) aurait ajouté un Câf et ramené le total de cette lettre à 58 si bien que, non seulement la lettre Câf perdrait le rapport avec le nombre 19, mais aussi, elle ne correspondrait plus au nombre des sourates du Coran, soit 114.

Si nous comptons la lettre ‘‘Noun’’ dans la sourate y correspondant, soit ‘‘Le Calame’’ ou ‘‘La plume’’ nous trouvons que le nombre de cette lettre compte 133 donc 19 x 7, étant précisé que, selon la graphie originale, la lettre Noun s’écrit ( n w n ) au lieu de ( n ).

Si nous comptons la lettre Sâd dans les trois sourates où cette lettre figure parmi les initiales symboliques, à savoir : Les limbes (a’râf n°7) Marie ( n°19) et Sâd(n°38) nous constatons que le nombre de lettres Sâd s’élève à 152, soit 19 x 8.

Cette règle arithmétique s’applique indiscutablement à toutes les sourates à ouvertures symboliques de sorte que le nombre de chaque lettre prise séparément corresponde au chiffre 19 ou à un multiple de 19. De tels exemples foisonnent dans le Coran en ce sens que toutes ses lettres sont comptées par rapport au chiffre 19. Par ailleurs, ce qui est vrai pour les lettres, est vrai pour les chiffres cités dans le Coran. Cela dit, le texte coranique contient des nombres cités 285 fois, soit : 19 x 15.

Si nous faisons l’addition des nombres exprimés dans le Coran, nous trouvons un total de 174.591, soit 19 x 9189.

En faisant l’addition des chiffres cités différemment, non compris ceux qui se répètent identiquement, nous avons pour résultat 162.146, soit 19 x 8534.

Les doubles emplois, comptés à part, forment à eux seuls un total de 12.445 donc 19 x 655.

Il est un autre aspect de la précision numérique du Coran. En ce qui concerne, par exemple, les gens de la grotte (les sept dormants). Le Coran indique : « ils demeurèrent dans leur grotte trois cents ans et en ajoutèrent neuf ». 18.25.

Ces jeunes gens ont vécu à Ephèse, une ville qui se trouvait dans la partie méridionale de l’Asie Occidentale ; cette région faisait partie de l’empire romain d’Orient. Cela correspond sur le plan géographique à la Turquie actuellement. Leur histoire, d’après les historiens chrétiens, remonte à l’an 251 après J.C. Là, on utilisait le calendrier solaire . Dans une année solaire, il y a 365,25 jours. Mais le Coran est révélé en Arabie dans un peuple qui utilise le calendrier lunaire. Le mois lunaire moyen est de 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2,8 secondes, c’est dire que dans une année, il y a 354,36 jours. Le rapport des deux années serait alors : 365,25/354,36 = 1,03 Si dans le calendrier solaire on a 300 ans, suivant le calendrier lunaire, on aura : 300 x 1,03 = 309. La différence serait exactement de 9 ans comme cela est dissocié dans le verset.

Par ailleurs, le verset 18.25 s’exprime d’une manière telle que notre Seigneur ‘‘Gloire à LUI’’ nous indique implicitement la différence entre les deux cycles du comput et que leur séjour dans la grotte s’adapte aux deux calendriers. Cela s’explique par le fait que Dieu ne dit pas d’emblée 309 ans, mais Il précise bien 300 ans et en ajoutèrent 9, ce qui revient à dire logiquement 300 ans par rapport aux uns et 309 par rapport aux autres.

Ces données correspondent à des réalités scientifiques tangibles et irréfragables.

Qui détient donc depuis 14 siècles ces informations scientifiques si précises ?

Qui peut ordonner et disposer dans un ordre numérique minutieusement précis,les mots, les phrases, les lettres et les chiffres d’un livre sans en bouleverser le sens, l’harmonie, la cohérence et la rime ?

Quelles sont les possibilités d’écrire un livre par hasard avec une structure numérique aussi complexe ? Les spécialistes en probabilité ont une réponse à cette question : la probabilité d’un événement pareil est de 626.1024 contre 1. Cet ordre est alors voulu ; il tient sa structure, son calcul et son génie à l’essence même de la science, à la source du savoir qu’est le Tout-Puissant. Il est indéniable que dans le Coran, les sourates, les versets, les mots, les lettres et les chiffres sont si bien connectés et ordonnés qu’il est absolument impossible à quiconque de l’imiter même si l’on se fait aider par les machines les plus perfectionnées du monde.

Il est absolument impossible de parler ou d’écrire dans n’importe quelle langue quelque chose de compréhensible et surtout en bonne langue et en même temps coordonner ses phrases, ses mots et ses lettres suivant un ordre préétabli, même s’il se fait aider par les ordinateurs les plus sophistiqués du monde. « Dis : si les hommes et les Djinns se réunissent pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne produiraient rien de pareil même s’ils se mettent les uns en face des autres » 17.88

De plus, le Coran a été révélé par morceaux pendant 23 ans, cela implique que ce qui a été révélé au début doit tenir compte de ce qui va être révélé par la suite pour satisfaire l’ordre indiqué, si bien que l’on se demande si notre Seigneur avait dirigé les événements au profit de l’oeuvre coranique, ce qui prouve une fois de plus que Dieu est partout dans le temps, que le passé, le présent et le futur sont pour LUI une actualité permanente, qu’Il connaît en profondeur les mystères de l’univers et de toutes les créatures dont il est l’UNIQUE AUTEUR.

« Il cerna tout ce qu’ils ont et dénombra toutes choses numériquement » 72.28

« Nous avons tout dénombré dans un livre manifeste » 36.12

« Ce livre dont les versets ont été faits avec perfection et développés de la part d’un Sage, bien informé » 11.1

« Ne méditeront-ils pas le Coran ? S’il émanait d’un autre que Dieu, ils y auraient trouvé des contradictions abondantes ». 4.82



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/12/2005 12:59:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Tarbiya islamiya Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com