Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Maroc-aïd al adha-marché

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
blanca
Moderateur
Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 626
sexe:
devise: Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour préserver sa santé mentale.
Localisation: f jelabti
7altek lyoum?: Msekhsekh
Point(s): 3 613
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 08/01/2006 23:58:00    Sujet du message: Maroc-aïd al adha-marché Répondre en citant

Le "souk du mouton", un marché juteux loin de dépendre de la seule loi de l'offre et de la demande

Après l'Aïd Al Fitr, les Marocains se préparent activement à célébrer dans quelques jours l'Aïd Al Adha. Une fête qui génère beaucoup de dépenses et contribue par la même à un dynamisme économique difficile à cerner, dans la mesure où elle stimule un marché juteux qui est loin de dépendre de la seule loi de l'offre et de la demande.

Le département de l'Agriculture estime que les transactions commerciales liées à la fête du sacrifice dégageront un chiffre d'affaires qui varierait cette année entre 6 et 7 milliards de dirhams, un pactole qui "devrait permettre aux éleveurs d'améliorer leur trésorerie et faire face aux dépenses des autres activités agricoles".
Il permettrait également de "dynamiser les activités économiques dans le monde rural", selon le département de l'Agriculture qui a estimé les disponibilités en animaux d'abattage à quelque 6,6 millions de têtes, un chiffre largement en deçà de la demande (4,9 millions de têtes).

Se faire une idée sur les prix en se fiant à la seule loi de l'offre et de la demande, c'est ne pas connaître la réalité du "souk du mouton", qui reste très sensible à plusieurs autres facteurs (intermédiation, spéculation, aléas climatiques, coût d'élevage, transport...).

Le marché du mouton reste, par ailleurs, un espace très fertile pour les intermédiaires et les spéculateurs, dont les pratiques "peu loyales" font gonfler les prix, ne profitant en rien ni aux éleveurs et ni aux agriculteurs, qui ont goutté cette année aussi aux affres de la sécheresse.

Nombre de vendeurs de bétails essayent par tous les moyens d'avoir une idée sur la situation dans plusieurs points de vente avant d'acheminer leurs troupeaux dans tel ou tel souk, aidés dans cette tâche par les nouvelles technologies de l'information, les téléphones portables en l'occurrence.

D'autres "innovations" sont venues bouleverser les traditions qui accompagnent l'achat du mouton de l'Aïd et menacer sérieusement les modes de vente traditionnels. Il s'agit notamment de l'entrée en jeu des grandes surfaces et de l'utilisation de l'Internet. On parle déjà du "souk électronique du mouton" ou du "E-mouton".

Tous ces comportements nouveaux font du "souk du mouton", un marché digne des grandes places boursières, sauf que ces dernières disposent d'un conseil déontologique, qui joue le rôle du régulateur et veille au respect des règles du jeu, alors que la "bourse du mouton" est livrée à elle-même.

Devant cette situation, les autorités de tutelle et les associations des consommateurs sont appelées à se manifester devant un marché juteux qui mérite d'être régulé pour plus de transparence et de vérité de prix, afin qu'il profite directement aux éleveurs et aux agriculteurs et donc au développement rural.

Face à ces pratiques, le Marocain se livre, à l'approche de la date fatidique, à des calculs très serrés et envisage toutes les situations qui déterminent le prix du mouton. Plus qu'un sacrifice, ce dernier est devenu le symbole de fierté et d'appartenance à un niveau de vie ou à une classe sociale déterminés.

Outre l'achat du mouton, la raison même de la célébration, les dépenses de cette occasion portent aussi sur une multitude de produits en relation directe avec la circonstance, qui vont des ustensiles de cuisines aux vêtements en passant par les produits de pâtisseries, les électroménagers.

Cette énergie au niveau des dépenses fait le bonheur des magasins, mais également des sociétés de crédit, qui sont très sollicités à cette occasion religieuse, si chère à tous les Marocains, qui ne lésinent pas sur les moyens pour la célébrer comme il se doit, traduisant ainsi dans les faits le proverbe qui dit: "Quand on aime, on ne compte pas".


MAP
source:menara.ma

tl9ani hna : http://khoukha.over-blog.org/



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 08/01/2006 23:58:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info) Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com