Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Le fantôme du père

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Nacha6 ha houwa cha6 -> Dar l3ajaza (discussion générale)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
blanca
Moderateur
Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 626
sexe:
devise: Aujourd'hui, l'optimisme est une nécessité pour préserver sa santé mentale.
Localisation: f jelabti
7altek lyoum?: Msekhsekh
Point(s): 3 613
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 22/04/2006 15:08:00    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

Moudawana, amazighité, droits de l’homme… Pas à pas, Mohammed VI “déhassanise” le système. Mais l’assume-t-il vraiment ?
Entre politique et psychologie, enquête sur une succession inachevée


En tant que gestionnaire politique, Mohammed VI n'a rien inventé… mais il a tout réinventé. Que ce soit sur la femme, les années de plomb ou le sahara, il a su recycler le legs de son père. Tenez, le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS) est, à
la base, une idée lancée par Hassan II en 1981 pour orienter le référendum onusien. Aujourd'hui, Mohammed VI réoriente le CORCAS pour enfanter un projet d'autonomie marocain. Peu importe si la coquille est la même. Le fils cherche à se démarquer de son père, “dans la continuité”, rappelle-t-il de plus en plus souvent. Prenez le Conseil consultatif des droits de l'homme (CCDH). Feu Hassan II le crée en mai 1990, plus pour masquer la vérité que pour la révéler. Son fils remanie ce même CCDH en avril 2001, lui donne un peu plus de crédit, puis crée l'IER en juillet 2004, justement pour que les Marocains cessent de se raconter des histoires. Dans la foulée, il effectue le toilettage de la Moudawana en octobre 2003. Son père avait entamé la réforme dix ans plus tôt, sans perturber les ressorts du patriarcat. Que fait le fils ? Il récupère à son tour le dossier, va un cran au-dessus et établit (presque) l'égalité des sexes, sans transgresser le credo religieux.

“Tout compte fait, commente le politologue Abdelhay Moudden, la même philosophie préside aux réformes initiées par la monarchie. Il y a juste le style qui change, d'un roi à l'autre”. Mais la rupture n'a pas vraiment de place dans le style M6. La preuve, par le CORCAS encore une fois : c'est un mandarin mis sur un piédestal par Hassan II (Khelli Henna Ould Rachid), que Mohammed VI remet en selle. C'est aussi à un conseiller de son père, assez discret et travailleur, Abdelaziz Meziane Belfqih, qu'il confie l'évaluation des années Hassan II, justement. C'est clair, Mohammed VI cherche à se démarquer de son père, mais sans fracas. On est loin des spéculations de début de règne. Les psychanalystes à la petite semaine prédisent alors, sans sourciller, qu'il va rompre le cordon ombilical, tuer le père pour mieux s'affirmer. Finalement, il n'ira pas aussi loin. Mais d'où vient cette impression ?

Rejet des symboles du père
Souvenez-vous de l'ébullition des premières semaines de règne. Hassan II, roi charismatique et oppresseur, n'est plus. Mohammed VI, fraîchement intronisé, enchaîne les gestes lui permettant d'emblée de se démarquer d'un père trop encombrant. En septembre 1999, à peine passés les 40 jours de deuil, il envoie ses émissaires rapatrier le plus vieil exilé politique marocain, Abraham Serfaty. Lorsqu'on sait qu'une décennie auparavant, à l'ouverture du CCDH, Hassan II a entonné “Cela m'exaspère qu'on dise que le Maroc détient des prisonniers politiques”, le geste de Mohammed VI est forcément perçu comme une rupture. “Il ne s'agissait pas tant, commente le journaliste Abdellah Stouky, de décrédibiliser le père que de régénérer la monarchie”. Toujours est-il que Mohammed VI répare par là une injustice commise par son père et en tire un bénéfice immense en terme d'image.

En octobre, il frappe plus fort. Il part en tournée dans le Nord, oublié par son père, et le Rif, complètement exclu depuis 1958. “Très peu savent alors que Hassan II interdisait au prince héritier d'aller à Tanger et sur les plages de la Méditerranée pour s'adonner à son sport favori, le jet-ski”, confie un de ses proches. Quand il décide d’y mettre le cap, à peine trois mois après la mort de son père, il cherche autant à prendre sa revanche personnelle qu'à autoriser cette région à revivre. “A l'époque, la réintégration du Nord a plus à voir avec la gestion d'un contentieux émotionnel avec son père qu'avec un projet de règne”, estime l'analyste Mustapha Sehimi.

Le limogeage de Driss Basri, la veille de son anniversaire, montre aussi la volonté expresse de Mohammed VI de solder un héritage très lourd, aussi bien personnel que politique. L'homme-lige de Hassan II est l'auteur de rapports secrets qui valent au prince héritier les réprimandes répétées de son père. “En se débarrassant de lui, il ne licencie pas uniquement le super ministre de l'Intérieur des Marocains, mais son propre censeur”, note un proche du sérail. On est tenté de croire, à l'époque, qu'en congédiant Basri, Mohammed VI se débarrasse du double de son père. Mais il ne se défait pas, pour autant, de ses autres conseillers (André Azoulay, Abdelaziz Meziane Belfqih …). Autrement dit, note Abdelhay Moudden, “il pense déjà à la continuité du système”.

Cela ne l'empêche pas de cultiver, par ailleurs, sa singularité. Exemple patent, “son père lui interdisait de se laisser pousser la barbe. Une fois sa liberté recouvrée, il s'y est donné à cœur joie”, raconte un proche de la famille royale. Autre geste, beaucoup plus symbolique, il décide, sous l'impulsion de sa mère Lalla Latifa, d'en finir avec le harem sultanien moyenâgeux de Hassan II. Est-ce un acte dirigé contre le père défunt ? “Pas forcément, estime Stouky. Etant plus attaché à moderniser la monarchie qu'à tuer le père, il a voulu liquider un passif que Hassan II a gardé par entêtement”.

Dans cette première phase de règne, plutôt confuse, où les éléments du puzzle s'emboîtent à peine, Mohammed VI cherche à se faire un prénom (images de jet-ski, roi cool à la taguia, on aime bien l'appeler “M6” pour faire in), mais rapidement son entourage lui rappelle qu'il a une lourde histoire dynastique à porter. A vrai dire, il semble en être conscient lui-même, dès le départ. Durant les deux premiers mois de règne, au moment où il s'applique à se positionner, “il visite quasi quotidiennement le mausolée pour se recueillir sur la tombe de Hassan II”, confie l'un de ses proches. Lui demande-t-il pardon de lui succéder ? Le remercie-t-il de lui avoir laissé un trône clé en main, avec une succession pacifiée en prime ? Lui en veut-il encore pour cette période difficile où le roi s'employait à battre ses enfants à la cravache ? Chacun y va de sa lecture, forcément subjective. Mais une chose est sûre, être le fils d'un roi autoritaire comme Hassan II, ne semble pas avoir été une sinécure pour Mohammed VI.

Préférence affichée pour le grand-père
Si la relation du roi actuel avec son père Hassan II est ambivalente, celle qu'il entretient avec son grand-père, Mohammed V, est plutôt fusionnelle. C'est d'ailleurs en référence à lui, autrefois surnommé “roi des carrières centrales”, qu'il se taille dès la première année de son règne une image de “roi des pauvres”. Cette identification est loin d'être surfaite. “Mohammed VI a intuitivement une fibre sociale”, reconnaît un de ses proches collaborateurs. Contrairement à son père Hassan II, beau parleur, ultra diplomate, démagogue, qui se veut exclusivement “roi du Maroc”, Mohammed VI vend l'image sincère et réduite de “roi des Marocains”, saluant humblement les pauvres et les handicapés. En arrièreplan de ces images récurrentes, mises en scène par la fondation Mohammed V, on perçoit l'ombre du grand-père, le “bon” rassembleur des Marocains.

“Il est plus bénéfique pour lui de s'identifier au père de la nation, autour duquel il y a eu unanimité, plutôt qu’à son père, qui a dû gérer 20 ans de conflits et de luttes politiques”, explique Abdelhay Moudden. Mohammed VI n'est d'ailleurs pas le premier roi à choisir l'ancêtre qui lui convient pour l'ériger en père symbolique à la place du père biologique. Même Hassan II avait un ancêtre préféré, prescrit dans le décret annonçant officiellement sa naissance en 1929. Il s'agit de Moulay Hassan 1er. Le point commun entre les deux ne s'arrête pas là, note l'auteur des Trois rois, Ignace Dalle : “Hassan II, comme Mohammed VI, a eu des relations exécrables avec son père, à la fin de sa vie. Pourtant tous deux finissent par rendre hommage à leur père, évidemment dans l'intérêt de la dynastie”.

Ajdir, le tombeau du Maroc arabe ?
En effet, à chaque fois que Mohammed VI s'attaque à un chantier de réforme, défriché sous Hassan II, il réitère son “attachement à (son) auguste père”. Premier cheval de bataille : la question amazighe. Quand le roi actuel annonce en grande pompe en juillet 2001, à Ajdir, la création de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), les militants ne comprennent pas qu'il puisse évoquer son père à l'occasion. Tous ont en mémoire ces mots peu amènes prononcés par Hassan II dans son discours du 20 août 1994 : “La berbérité fait partie intégrante de notre culture, mais ce qui rassemble les Marocains, c'est loughat addad (l'arabe)”. Ils se souviennent, avec autant d'amertume, du camouflet de la constitution de 1996. Les associations amazighes réunies envoient, à l'époque, une lettre au cabinet royal demandant d'accorder au Tamazight, au moins le statut de langue nationale. “Notre revendication rencontre alors une indifférence rebutante”, raconte la militante Meriem Demnati.

Mohammed VI ouvre, pour sa part, une voie royale au Tamazight. Et contrairement à son père, plus attaché à l'arabité, il déclare à Paris Match le 31 octobre 2001 : “Je suis moi-même à moitié berbère. Je ne peux renier une partie de ma culture et de mes gènes”. Parce que sa mère est berbère, son histoire personnelle continue de déterminer ses actes politiques. Mais son enthousiasme ne vient pas uniquement de ses origines. Marqué par l'excellent manifeste amazigh de l'académicien Mohamed Chafik, le roi reconnaît (c'est une première !) que “le Maroc ressemble à un melting pot”.

A-t-il eu plus de prédispositions que son père à admettre cette réalité multiculturelle qui saute aux yeux ? “Il est surtout arrivé au pouvoir à un moment où les demandes du mouvement amazigh se sont accumulées et sont devenues plus concrètes”, estime ce membre de l'IRCAM. Depuis, la reconnaissance de la graphie tifinagh, l'éclosion d'une vie artistique amazighe, le lancement de projets télévisuels à venir, l'introduction de la langue dans les écoles, ont montré que le Maroc gère mieux la diversité culturelle sous Mohammed VI. “Les temps ont changé, commente Abdelhay Moudden. Qui a dit que sous Hassan II, cette diversité n'était pas gérée ? Il y avait tout juste plus de conservatisme”. Une chose est sûre : la prédominance de l'arabe, défendue par Hassan II par équilibrisme, sous l'influence de l'Istiqlal et des baâthistes ou par intérêt (pétrolier), est en train d'être érodée, dans les faits. Et Mohammed VI y est pour beaucoup. Certes, au passage, il a réussi à domestiquer le mouvement social qui porte la cause. Mais c’est un moindre mal comparé au déni que leur opposait Hassan II.

Moudawana : fini le patriarcat ?
Les Imazighen ne sont pas les seuls acteurs sociaux à avoir été frustrés par le système de Hassan II. Les féministes portent à leur tour les séquelles de sa gestion rétrograde. Toutes et tous se souviennent de cette action inédite lancée en 1991 en vue de collecter un million de signatures appuyant leur pétition. Le document demande, déjà à l'époque, “l'interdiction de la polygamie, la suppression du tuteur mâle, l'égalité des droits et obligations pour les deux époux, l'instauration du divorce judiciaire et de la tutelle de la femme sur les enfants”. Réaction épidermique : un groupe d'oulémas crie à l'apostasie et voue ces “militantes dévergondées” à la géhenne.

Quand Hassan II entre en scène, le 20 août 1992, il n'apprécie pas que les militants adressent leur pétition au premier ministre et non à lui. Bien plus, il se montre paternaliste et cassant. Appréciez le ton : “J'ai entendu et écouté tes plaintes au sujet de la Moudawana… Sache, ma chère fille, femme marocaine, que la Moudawana est d'abord une affaire qui relève de mon ressort. C'est une affaire qui relève du religieux, non du politique, donc de mes seules prérogatives”.

Une année plus tard, les oulémas réunis à l'occasion concoctent une réformette qui ne bouscule pas l'essentiel : le patriarcat. “Hassan II considérait que le temps n'était pas venu de bousculer la sujétion de la femme, explique Abdellah Stouky. Comme pour la question de la liberté de la presse, le roi défunt parlait de saisons. Il disait qu'il fallait attendre que les choses mûrissent pour entreprendre des changements. En vérité, il était en deçà de ce que prônait son propre père. Lui, au moins, avait dévoilé ses filles”.

Mohammed VI le fera en juillet 2002 pour sa femme, Lalla Salma. Dans la foulée du harem évacué, il opte pour la famille nucléaire et vend, dès lors, sur les magazines people étrangers, l'image d'un roi moderne, débarrassé des ors poussiéreux de son père. “Le fait que Lalla Salma soit visible et (plus tard) impliquée dans la vie publique, montre, selon la sociologue Rahma Bourqia, que chez Mohammed VI la libération de la femme est une conviction personnelle”. Mais lorsqu'il doit apposer son sceau chérifien à la réforme de la Moudawana, en octobre 2003, il le fait dans le respect de la tradition, avec presque autant de solennité que son père. “Je ne peux, en ma qualité de commandeur des croyants, autoriser ce que Dieu a prohibé, ni interdire ce que le Très-Haut a autorisé”, déclare-t-il pour contenter les deux camps, moderniste et islamiste.

S'agit-il uniquement de précautions oratoires ? “Au fond, estime Abdelhay Moudden, la philosophie du père et du fils ne sont pas très éloignées l'une de l'autre. Tous deux cherchent, selon les contraintes de leur époque et de leur environnement, à réaliser l'égalité dans le respect de la religion”. Mais Mohammed VI ose plus que son père. “Il n'est pas plus courageux, nuance ce fin observateur. Il ne se lance pas dans l'inconnu sans connaissance des effets induits mais il pousse la réforme jusqu'à sa limite possible”. D'où l'effet de surprise de la dernière Moudawana, qui enterre surtout le patriarcat version hassanienne. Mais elle ne l'achève pas pour de bon. Pourquoi ? “Les femmes au gouvernement sont encore rares et sous tutelle masculine. Elles n'ont pas encore de poste d'autorité comme walis et sont à peine soutenues par le système des quotas au parlement”, note judicieusement Mustapha Sehimi. Et puis, qui dit fin du patriarcat, dit fin du baisemain. Or, il n'en est rien. Est-ce Mohammed VI ou son entourage qui y tient le plus ? Question-piège. “Disons que la machine makhzénienne s'arrange pour qu'il ait autour de lui des gens capables de lui rappeler qu'il est trop libéral ou que l'étiquette devrait primer”, note un proche du Palais. Résultat : le patriarcat reste ancré dans le système. Une réforme juridique, tout audacieuse soit-elle, ne suffit pas pour en venir à bout.

Les années Hassan II à la loupe
Au-delà de ces réformes sectorielles, Mohammed VI a le mérite de lancer deux grosses opérations dont la finalité, non avouée, est d'évaluer le règne de son père : l'Instance équité et réconciliation (IER) et le Rapport sur le développement humain (RDH). A la veille du début des travaux de l'IER, un membre éminent confie discrètement que le roi ne verrait pas d'inconvénient à ce que des témoignages mettant en cause son père dans l'affaire Ben Barka soient recueillis. Le champ de l'investigation est alors ouvert, tous azimuts. Mais pour éviter que l'opération ne dérape, Mohammed VI explique, dans un entretien à El Pais, qu'il ne s'agit pas d'une initiative qui va diviser le Maroc en deux, qu’ il n'y a ni juges, ni personnes jugées. Encore moins Hassan II.

Les maîtres d'œuvre, Driss Benzekri en tête, ne ratent pas une occasion pour rassurer. “C'est grâce à l'alternance qui se préparait dans les années 90 et à Hassan II qui a bien voulu changer de direction pour gérer son propre passé que tout cela est possible aujourd'hui”, répète-t-il à l’envi. Quand les travaux de l'IER touchent à leur fin, l'élite militaire et partisane s'active dans les coulisses pour atténuer les ardeurs. Benzekri regrette, sur certains dossiers brûlants comme l’affaire Ben Barka, que des officiels n'aient pas voulu coopérer. Sur ce coup, le secret présumé de Hassan II et de ses protégés est défendu, non par ses héritiers mais par les corps intermédiaires et les commis d'Etat. “J'ai l'impression, commente Abdelhay Moudden, qui a participé à l'expérience de l’IER, que le roi est libéral et qu'une partie de son entourage ne l'est pas et qu'il doit en tenir compte”. Mais le roi cherchait-il, à travers l'IER, à enfoncer son père ? Nullement. “Il ne pouvait pas saper l'ancien régime. Le coût aurait été immense, pour un petit bénéfice”, estime Mustapha Sehimi. D'ailleurs, quand le roi Mohammed VI accueille, en clôture des travaux de l'IER, les ex-prisonniers politiques et leurs familles à Rabat, en janvier 2006, il a plus d'égards pour “l'âme immaculée de (son) vénéré père” que pour les victimes suspendues à ses lèvres attendant des mots d'excuses. D'où vient cette frilosité ? De ce principe sacro-saint rappelé par le roi : “le changement dans la continuité”. Entendez : des changements dans le cadre de la Constitution de Hassan II. Cela fait de lui, aux yeux de Abdelhay Moudden, “un despote éclairé parce qu'il ouvre des brèches à partir d'un cadre juridique initialement restrictif”. Ignace Dalle pense pour sa part que Mohammed VI alterne le meilleur et le pire, tantôt réformateur et moderne, tantôt dans les bottes de son père, autoritaire et affairiste. Que lui faudrait-il pour devenir un démocrate ? Une Constitution à lui, concertée ouvertement avec tous et limitant réellement ses prérogatives. C’est quand elle sera promulguée, et pas avant, que Mohammed VI aura dépassé son père. Pour de bon.



source:telquel

tl9ani hna : http://khoukha.over-blog.org/



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 22/04/2006 15:08:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 01/05/2006 23:14:49    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

quand j'ai vu le fontome du père j'ai su immediatement qu'il s'agissait de cet article qui marqué la scène pendant un certain temps et le continue !
analyse remarquable du sytème et j'ajoute qu'il faut mettre l'accent sur notre REINE qui elle aussi s'active dans ce sens
Shocked


http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lord
G.Moderateur
G.Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 071
sexe:
devise: tsliiiiiim
Localisation: salé/casa
Point(s): 3 067
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 01/05/2006 23:39:58    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

woooooooow, qui a parlé de reine!!!
a ma conaissance on a pas de reine, on a une princesse.
la 1ere damme du pays si vous voulez mais pas une reine.



Revenir en haut
romeosso
Journaliste
Journaliste

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2006
Messages: 789
sexe:
devise: Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter
Localisation: almania
Point(s): 789
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 01/05/2006 23:40:21    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

le style est l homme comme ne cesse de repeter le feu hassan2...

"Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection..."



Revenir en haut
Casawia
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2005
Messages: 1 170
sexe:
devise: Everything comes to an End
Localisation: The United Kingdom Of Casablanca
Point(s): 1 172
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 01/05/2006 23:40:55    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

reine? walah 7ta tnod tawra f l3a2ila malakiya Very Happy

Revenir en haut
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 02/05/2006 11:09:16    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

lord a écrit:
woooooooow, qui a parlé de reine!!!
a ma conaissance on a pas de reine, on a une princesse.
la 1ere damme du pays si vous voulez mais pas une reine.


la reine c 'est la femme du ROI , c'est dans ce sens que je l'ai dis Smile


http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 02/05/2006 11:15:36    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

Casawia a écrit:
reine? walah 7ta tnod tawra f l3a2ila malakiya Very Happy


de quelle revolution tu parle CASAWIYA ?
je me rappel quand j'etais petite je demandais a dad pourquoi on voyais jamais la femme de HASSAN II mais JAMAIS !!!

une fois marié M6 a FETE son mariage au su et vu de tout le monde , sa femme pilote des projets clé dans le sud ( a ce que je sais ) et a inauguré d'autres ! elle l'accompagne dans les reception s'affiche auprès des PRINCESSES dans les meeting et conference (j'ai du voir ça a la teloche une fois ) pourtant il ya aucune revolution ; au contraire ! le peuple acceuil ceci plutot bien même très bien car ça annonce un air de modernité et de comportement CIVIQUE ! je comprend pas qu'une reine soit caché de son peuple pdt toute sa vie juste parce que c'est la femme du ROI !



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lord
G.Moderateur
G.Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 071
sexe:
devise: tsliiiiiim
Localisation: salé/casa
Point(s): 3 067
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 02/05/2006 11:21:31    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

estrellajurkid a écrit:
je comprend pas qu'une reine soit caché de son peuple pdt toute sa vie juste parce que c'est la femme du ROI !


a wddi, nommons les choses par leurs noms svp pour eviter les amalgames, chez nous il n'y a pas de reine on a une princesses "la femme du roi", pour la simple raison qu'en islam "comme si on etait de vrai musulmans" il n y a pas de reine, tous les "derigeants etaient des rois "des mâl".
et puis c'est claire et net y a qu'a voir le statu du prince moulay Hassan, il est le prince heritier "du trône" donc si M6 meurt, le trone revient a my Hassan et pas a lalla salma.
voila



Dernière édition par lord le 02/05/2006 11:23:03; édité 1 fois
Revenir en haut
Casawia
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2005
Messages: 1 170
sexe:
devise: Everything comes to an End
Localisation: The United Kingdom Of Casablanca
Point(s): 1 172
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 02/05/2006 11:22:38    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

estrella: c'etait une facon de rigoler, ca ne voulait rien dire. et en plus quand j'ai parle de la revolution c'etait au sens figure pas au sens propre, et j'ai dis au sein de la famille royale et non pas au sein du peuple marocain. hadi kanet premierement

deuxiement: l'ere de Hassan 2 est completement different de celui de son fils, alors il faut commencer a arreter de comparer les 2. la femme de Hassan 2 n'apparaissait jamais au peuple car c'etait le souhait de Hassan 2 et suivant les traditions alaouites aussi. Mohamed 6 a voulu faire passer une autre perspective tout en repectant la dynastie alaouite. pour info: 9anoun malaki fel maghrib ne donne pas le droit a l'epouse du roi d'etre meme une princesse. c la premiere fois que Le Maroc a une premiere Dame.


Revenir en haut
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 03/05/2006 19:10:13    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

lord a écrit:
estrellajurkid a écrit:
je comprend pas qu'une reine soit caché de son peuple pdt toute sa vie juste parce que c'est la femme du ROI !


a wddi, nommons les choses par leurs noms svp pour eviter les amalgames, chez nous il n'y a pas de reine on a une princesses "la femme du roi", pour la simple raison qu'en islam "comme si on etait de vrai musulmans" il n y a pas de reine, tous les "derigeants etaient des rois "des mâl".
et puis c'est claire et net y a qu'a voir le statu du prince moulay Hassan, il est le prince heritier "du trône" donc si M6 meurt, le trone revient a my Hassan et pas a lalla salma.
voila


je me contenterai de dire que c'est une amalgame mais ne renvoie pa la definition du mot en français a son etymolohie en ARABE c deux notions cultures differentes
déjà on a une princesse , une reine ; une première dame ... Smile

Casawia a écrit:
estrella: c'etait une facon de rigoler, ca ne voulait rien dire. et en plus quand j'ai parle de la revolution c'etait au sens figure pas au sens propre, et j'ai dis au sein de la famille royale et non pas au sein du peuple marocain. hadi kanet premierement

deuxiement: l'ere de Hassan 2 est completement different de celui de son fils, alors il faut commencer a arreter de comparer les 2. la femme de Hassan 2 n'apparaissait jamais au peuple car c'etait le souhait de Hassan 2 et suivant les traditions alaouites aussi. Mohamed 6 a voulu faire passer une autre perspective tout en repectant la dynastie alaouite. pour info: 9anoun malaki fel maghrib ne donne pas le droit a l'epouse du roi d'etre meme une princesse. c la premiere fois que Le Maroc a une premiere Dame.


je sais casawiya bizou je voulais juste preciser que perso j'aime bien ce qu'elle fait et cet air de modernité nous va bien Laughing
en ce qui concerne les deux personalités ; il est vrai que leurs modes de gestions et totalement different mais la comparaison est là pour le prouver , puis on parle pas de la gestion d'une entreprise ou d'une petite communoté mais de tt un BLED et c 'est une raison suffisante a mon avis pour justifer l'article soumis dans le sujet ; le debat ...



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Casawia
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2005
Messages: 1 170
sexe:
devise: Everything comes to an End
Localisation: The United Kingdom Of Casablanca
Point(s): 1 172
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 03/05/2006 21:35:54    Sujet du message: Le fantôme du père Répondre en citant

ah oui estrella, moi perso je suis fiere d'avoir une premiere dame du Maroc Smile

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 02:02:38    Sujet du message: Le fantôme du père

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Nacha6 ha houwa cha6 -> Dar l3ajaza (discussion générale) Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com