Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
texte/replique qui vous a marqué

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Nacha6 ha houwa cha6 -> Litterature -> Livre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 26/06/2006 12:46:09    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

je ne sais pas s'il ya un sujet similaire (j'ai cherché en tt cas et avec ma memoire lol c'est pas de tt repos lol )
bref je commence avec les GRECS !!!

Antigone – Si, je sais ce que je dis, mais c’est vous qui ne m’entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre.[1] […] Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu’il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent […] Moi, je veux tout, tout de suite, – et que ce soit entier – ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage.



Antigone – Si, je sais ce que je dis, mais c’est vous qui ne m’entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre.[1] […] Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu’il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent […] Moi, je veux tout, tout de suite, – et que ce soit entier – ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage.



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Dernière édition par estrellajurkid le 26/06/2006 13:15:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 26/06/2006 12:46:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 26/06/2006 12:48:24    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Rousseau, Essai sur l’origine des langues, IX.

« Supposez un printemps perpétuel sur la terre ; supposez partout de l’eau, du bétail, des pâturages ; supposez les hommes, sortant des mains de la nature, une fois dispersés parmi tout cela : je n’imagine pas comment ils auraient jamais renoncé à leur liberté primitive, et quitté la vie isolée et pastorale, si convenable à leur indolence naturelle, pour s’imposer sans nécessité l’esclavage, les travaux, les misères inséparables de l’état social. »

Rousseau, Emile, livre IV

« Conscience ! conscience ! instinct divin, immortelle et céleste voix ; guide assuré d’un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rend l’homme semblable à Dieu, c’est toi qui fait l’excellence de sa nature et la moralité de ses actions ; sans toi je ne sens rien en moi qui m’élève au-dessus des bêtes, que le triste privilège de m’égarer d’erreurs en erreurs à l’aide d’un entendement sans règle et d’une raison sans principe. »

j'ai toujours eu un faible pour rousseau Very Happy
depuis sont l'homme est née libre et partout il est dans les fers je croque tout ce qui se rapporte a ce CASANOVA raté lol



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Dernière édition par estrellajurkid le 26/06/2006 12:50:32; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 26/06/2006 12:49:57    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Genèse III

« Maudit soit le sol à cause de toi ! C’est dans la souffrance que tu te nourriras de lui tous les jours de ta vie. Il fera germer pour toi épine et ronce et tu mangeras l’herbe des champs. À la sueur de ton visage tu mangeras du pain jusqu’à ton retour au sol, puisque c’est de lui que tu a été pris, car tu es poussière et tu retourneras en poussière. »



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 26/06/2006 12:52:41    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Nietzsche, Le Gai Savoir

« La Conscience. – La conscience est la dernière phase de l’évolution du système organique, par conséquent aussi ce qu’il y a de moins achevé et de moins fort dans ce système. C’est du conscient que proviennent une foule méprises qui font qu’un animal, un homme périssent plus tôt qu’il ne serait nécessaire, “en dépit du destin”, comme Homère disait. Si le lieu des instincts, ce lieu conservateur, n’était pas tellement plus puissant que la conscience, s’il ne jouait pas, dans l’ensemble, un rôle de régulateur, l’humanité succomberait fatalement sous le poids des jugements absurdes, de ses divagations, de sa frivolité, de sa crédulité, en un mot de son conscient : ou plutôt il y a fort longtemps qu’elle n’existerait plus sans lui ! Tant qu’une fonction n’est pas mûre, tant qu’elle n’a pas atteint son développement parfait, elle est dangereuse pour l’organisme : c’est une grande chance qu’elle soit bien tyrannisée ! »

Nietzsche, Gai savoir, § 341 :

“Le poids le plus lourd. - Que dirais-tu si un jour, si une nuit, un démon se glissait jusque dans ta solitude la plus reculée et te dise : «Cette vie telle que tu la vis maintenant et que tu l’as vécue, tu devras la vivre encore une fois et d’innombrables fois ; et il n’y aura rien de nouveau en elle, si ce n’est que chaque douleur et chaque plaisir, chaque pensée et chaque gémissement et tout ce qu’il y a d’indiciblement petit et grand dans ta vie devront revenir pour toi, et le tout dans le même ordre et la même succession - cette araignée-là également, et ce clair de lune entre les arbres, et cet instant-ci et moi-même. L’éternel sablier de l’existence ne cesse d’être renversé de nouveau - et toi avec lui, ô grain de poussière de la poussière !» - Ne te jetterais-tu pas sur le sol, grinçant des dents et maudissant le démon qui te parlerait de la sorte ? Ou bien te serait-il arrivé de vivre un instant formidable où tu aurais pu lui répondre : «Tu es un dieu, et jamais je n’entendis choses plus divines !» Si cette pensée exerçait sur toi son empire, elle te transformerait, faisant de toi, tel que tu es, un autre, te broyant peut-être : la question posée à propos de tout, et de chaque chose : «Voudrais-tu de ceci encore une fois et d’innombrables fois ?» pèserait comme le poids le plus lourd sur ton action ! Ou combien ne te faudrait-il pas témoigner de bienveillance envers toi-même et la vie, pour ne désirer plus rien que cette dernière, éternelle confirmation, cette dernière, éternelle sanction ?


je me rappel avoir lu qlq part que romeosso aimait bien nietzshe


http://estrellajurkid.over-blog.com/


Dernière édition par estrellajurkid le 26/06/2006 13:19:12; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Achara
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 3 091
sexe:
devise: tout est relatif
7altek lyoum?: Fer7ane
Point(s): 3 085
Moyenne de points: 1,00
Email:
Donation: URL

MessagePosté le: 26/06/2006 13:14:59    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Le chat de Schrödinger


L'observateur modifie ce qu'il observe. Certains événements ne se produisent que parce qu'ils sont observés. Sans personne pour les voir ils n'existeraient pas. C'est le sens même de l'expérience dite "du chat de Schrödinger".

Un chat est enfermé dans une boite hermétique et opaque. Un appareil délivre au hasard une décharge électrique capable de le tuer. Mettons une seconde l'appareil en marche, puis arrêtons le. Est ce que l'appareil a lâché sa décharge mortelle? Est ce que le chat est encore vivant? Pour un physicien classique le seul moyen de le savoir est d'ouvrir la boite et de regarder. Pour un physicien quantique il est acceptable de dire que le chat est à 50% mort et à 50% vivant. Tant qu'on n'aura pas ouvert la boite, on considérera qu'il y a à l'intérieur une moitié de chat vivant.

Mais au delà de ce débat sur la physique quantique il existe une personne qui sait si le chat est mort ou si le chat est vivant même sans ouvrir la boite: c'est le chat lui même.


L'ENCYLOPEDIE DU SAVOIR RELATIF ET ABSOLU
Bernard Werber



Charte Du Forum MAJ : 21 Mai 2007
cliki hna
http://hbalbladi.miniville.fr
<a href="http://www.new.facebook.com/people/Bacha_Hammou/1050738433" title="Le profil Facebook de Bacha Hammou"><img src="http://badge.facebook.com/badge/1050738433.63.713873308.png" alt="Le profil Facebook de Bacha Hammou"></a>


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
estrellajurkid
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 587
sexe:
devise: je veux tout ou rien du tout
Point(s): 590
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: 26/06/2006 13:17:13    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Léon Tolstoï, La mort d’Ivan Ilitch

« Ivan Ilitch était le collègue des messieurs qui se trouvaient là, et tout le monde l’aimait bien. Il était malade depuis quelques semaines déjà ; on disait que sa maladie était incurable. Il était maintenu en fonction, mais on considérait plus ou moins que s’il décédait, Alexéïev pourrai être nommé à son poste, Alexéïev étant lui-même remplacé par Vinnikov ou par Chtabel. De sorte que, à l’annonce de sa mort, la première réaction de chacun des messieurs réunis dans le cabinet fut de supputer l’effet que cette mort pouvait avoir sur les mutations et les promotions tant des magistrats eux-mêmes que de leurs relations. […] En dehors des considérations que cette mort faisait naître en chacun, sur les mutations et les éventuelles promotions dans le service qu’elle pouvait entraîner, le fait même de la mort d’une proche relation provoqua comme toujours chez tous ceux qui l’apprirent un sentiment de joie : « C’est lui qui est mort et non moi. »

« Tiens donc, il est mort ; et moi non », pensa ou ressentit chacun. Quant au très proches, aux gens que l’on disait être les amis d’Ivan Ilitch, ils ne purent s’empêcher de penser, de surcroît, que des obligations fort ennuyeuses s’imposaient à eux : aller aux obsèques, faire une visite de condoléances à la veuve. »

« Ivan Ilitch voyait qu’il mourait, et il était désespéré en permanence.

Au fond de lui, Ivan Ilitch savait qu’il mourrait, mais loin de s’y être habitué, il ne comprenait pas, tout simplement, il ne pouvait pas se mettre cela dans la tête.

L’exemple de syllogisme qu’il avait appris dans la Logique de Kiesevette : “Caïus est un homme. Tous les hommes sont mortels, donc caïus est mortel” lui avait paru juste toute sa vie en ce qui concernait Caïus, mais non pas par rapport à lui. Pour l'homme Caïus, pour l'homme en général, c’était parfaitement juste ; mais lui n’était pas Caïus, il n’était pas l'homme en général, lui il avait toujours été un être tout à fait, tout à fait spécial par rapport à tous les autres […] L’avait-il connue, Caïus, cette odeur du ballon à bandes de cuir que Vania aimait tant ? Caïus embrassait-il comme lui la main de sa mère, et l’entendait-il, Caïus, ce bruissement de soie que faisaient les plis de la robe de sa mère ? Caïus s’était-il insurgé contre les petits pâtés à l’Ecole de Jurisprudence ? Caïus avait-il été amoureux comme lui ? Caïus pouvait-il comme lui, présider une séance ? Allons donc !

“Eh oui, Caïus est mortel, et il est juste qu’il meure, mais pour moi, Vania, Ivan Ilitch, avec tous mes sentiments et mes pensées, pour moi, il en va autrement ? Et il ne se peut pas que je doive mourir. Ce serait trop affreux.”

Voilà comment il voyait les choses.

“S’il me fallait mourir aussi, comme Caïus, dans ce cas je le saurais, dans ce cas une voix intérieure me le dirait ; mais jamais rien de tel ne s’est produit en moi ; moi-même et tous mes amis, nous comprenions que l’histoire de Caïus n’avait rien à voir. Et maintenant ça ! Non, ce n’est pas possible, se disait-il à lui-même. Ce n’est pas possible, et cela est. Comment se peut-il ? Comment l’admettre ?” »

« Ses souffrances morales consistaient en ce que, cette nuit-là, […] cette idée lui était venue à l’esprit : “Et si toute ma vie, ma vie consciente, n’avait pas été ce qu’il fallait ?”

Il lui était venu à l’esprit que ce qui lui apparaissait auparavant comme une parfaite impossibilité, qu’il avait vécu sa vie comme il n’aurait pas dû la vivre, que cela pouvait être la vérité. […] Sa profession, l’organisation de sa vie, sa famille, l’intérêt porté à la vie sociale et au service, tout cela pouvait être faux. Il avait essayé de défendre tout cela à ses propres yeux. Et soudain il avait senti toute la faiblesse de ce qu’il essayait de défendre. Il n’y avait même rien à défendre.

“Mais s’il en est ainsi, se dit-il, et si je quitte la vie avec la conscience d’avoir détruit ce qui m’avait été donné et d’être hors d’état de rétablir la situation, alors que faire ?” Couché sur le dos, il commença à reconsidérer sa vie entière d’une tout autre manière. Le matin, quand il vit son valet, puis sa femme, sa fille, le médecin, chacun de leurs gestes, chacune de leurs paroles lui confirmèrent l’atroce vérité qui s’était révélée à lui pendant la nuit. En eux il se voyait lui, il voyait tout ce dont il avait vécu, et il voyait clairement que tout cela n’était pas ce qu’il aurait fallu, que tout cela était une atroce et gigantesque tromperie destinée à cacher aussi bien la vie que la mort. Cette découverte augmenta, décupla ses souffrances physiques. Il gémissait, et se débattait, et arrachait ses vêtements. Il lui semblait qu’ils l’étouffaient et l’étranglaient. Et c’est pourquoi il les haïssait tous. »



http://estrellajurkid.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lord
G.Moderateur
G.Moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2005
Messages: 3 071
sexe:
devise: tsliiiiiim
Localisation: salé/casa
Point(s): 3 067
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 26/06/2006 14:31:13    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué Répondre en citant

Son règne est bientôt trentenaire et il est l'ami de la France, de ses dirigeants, de ses industriels, de ses élites de droite et de gauche. Roi du Maroc, Hassan II symbolise pour nombre d'Occidentaux le modernisme et le dialogue en terre d'lslam. Mais ces apparences avenantes dissimulent le jardin secret du monarque, l'ombre des complots et des prisonniers, des tortures et des disparus, de la misère. Il règne, maître de tous et de chacun, brisant par la répression, pourrissant par la corruption, truquant par la fraude, courbant par la peur. S'il n'a pas inventé le pouvoir absolu, son génie aura été de l'habiller des oripeaux propres à tromper ceux des étrangers qui ne demandent qu'à l'être. Sa " démocratie " connaît une moyenne de quatre procès politiques par an, plus de cent depuis l'indépendance, avec, chaque fois, une fournée de militants condamnés à mort ou à des siècles de prison. Tortures du derb Moulay Cherif, morts-vivants de Tazmamart, calvaire des enfants Oufkir, nuit des disparus sahraouis... La peur est l'armature de son système. Comme l'enfer, elle a ses cercles. Chacun, quelle que soit l'horreur de son sort, peut être assuré qu'un autre a connu pire.

Gilles Perrault



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 23/10/2017 00:48:22    Sujet du message: texte/replique qui vous a marqué

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Nacha6 ha houwa cha6 -> Litterature -> Livre Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com