Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Mobilisation en France pour le retour du lycéen marocain

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Casawia
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2005
Messages: 1 170
sexe:
devise: Everything comes to an End
Localisation: The United Kingdom Of Casablanca
Point(s): 1 172
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 12/07/2006 19:32:49    Sujet du message: Mobilisation en France pour le retour du lycéen marocain Répondre en citant

Mobilisation en France pour le retour du lycéen marocain expulsé par Nicolas Sarkozy


La mobilisation pour le retour en France du lycéen marocain expulsé est plus que jamais forte. Plusieurs organisations des droits de l'Homme et associations de parents d'élèves ont manifesté dans plusieurs villes françaises contre son expulsion, présentée par le Réseau éducation sans frontières (RESF), collectif d'associations qui s'est mobilisé pour les enfants scolarisés, comme la «première d'une longue liste». Selon le RESF, entre 50.000 et 100.000 familles sans papiers auraient des enfants scolarisés en France.



La mobilisation pour le retour en France du lycéen marocain expulsé est plus que jamais forte. Plusieurs organisations des droits de l'Homme et associations de parents d'élèves ont manifesté dans plusieurs villes françaises contre son expulsion, présentée par le Réseau éducation sans frontières (RESF), collectif d'associations qui s'est mobilisé pour les enfants scolarisés, comme la «première d'une longue liste». Selon le RESF, entre 50.000 et 100.000 familles sans papiers auraient des enfants scolarisés en France.

De nombreuses personnalités et élus ont symboliquement parrainé des enfants «expulsables», tel Abdallah Boujraf.

Mais c'est la réaction du député socialiste, Jack Lang, qui a surtout retenu l'attention des observateurs. Dans une missive adressée au ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, M. Lang exprimait sa «révolte» et réclamait «le respect de la parole donnée». Il a expliqué que Boujraf «vivait en France depuis cinq ans», qu'il était «scolarisé dans le 19e arrondissement» à Paris, qu'il bénéficiait du «soutien de ses enseignants», qu'il avait «obtenu son CAP» et était inscrit en BEP.

En effet, scolarisé depuis deux ans à l'EREA, (Etablissement régional d'enseignement adapté) dans le 19e arrondissement de Paris, le lycéen marocain est décrit par l'équipe éducative comme un élève "assidu, studieux et calme. Il a été délégué de classe, représentant des élèves au conseil d'administration de l'enseignement. Il est souvent venu au ciné-club et s'est investi dans la réalisation d'un disque dans le cadre de l'atelier de musique", témoigne son professeur de français.

Abdallah Boujraf avait rejoint en France son père qui y travaillait depuis 26 ans avec une carte de résident. Mais il n'entrait pas dans les catégories établies par la circulaire : l'arrivée en France avant l'âge de 13 ans ou l'absence de lien avec le pays dont il a la nationalité. Il est donc arrêté le 30 juin, soupçonné d'avoir agressé un sans domicile fixe, puis placé au centre de rétention de Vincennes, avant d'être expulsé au Maroc. Abdallah devient donc le premier scolarisé expulsé depuis le 13 juin, date de parution d'une circulaire du ministre français de l'Intérieur, prévoyant la régularisation "au cas par cas" de clandestins dont les enfants scolarisés.

Réagissant à la lettre du député socialiste, M. Sarkozy a estimé qu'il n'y a "aucune raison de protester" contre la reconduite à la frontière, le 7 juillet, du lycéen marocain. "Je ne vois (...) aucune raison de protester contre la reconduite à la frontière de M. Boujraf, qui constitue la juste application de la loi de la République", souligne le responsable français, cité par les agences de presse MAP et AFP.

Il assure que le lycéen marocain "est arrivé en France sans visa", ajoutant qu'il ne s'agit donc pas d'un enfant scolarisé et que sa situation n'entre aucunement dans le champ d'application de la circulaire du 13 juin dernier. "L'éloignement de ce jeune adulte vers son pays d'origine a fait l'objet de décisions juridictionnelles qui en ont confirmé la parfaite légalité", rappelle-t-il, citant à cet égard le rejet de la requête de M. Boujraf contre l'arrêté préfectoral de reconduite à la frontière par le tribunal administratif de Paris le 6 juillet.

Seulement, un deuxième lycéen marocain, Ali Taghda, âgé aussi de 19 ans, s'est vu notifier un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière après avoir été placé en centre de rétention à Sète. Boursier de l'enseignement secondaire et scolarisé dans un lycée de Montpellier, Ali est "l'un des rares de sa famille à ne pas avoir de carte de séjour", explique un membre du comité de parrainage qui le soutient.

Arrivé en France en 2002, le jeune lycéen marocain, qui bénéficie du soutien de ses professeurs, est pris en charge financièrement par son frère salarié et vit avec son père qui a une carte de séjour et qui travaille en France depuis 1970.
Son père a une allocation d'adulte handicapé et sa santé nécessite l'assistance de son fils dans la vie quotidienne. Ses deux frères aînés ont une carte de résidant de 10 ans pour l'un et un titre de séjour vie privée et familiale pour l'autre.

En revanche, l'expulsion au Maroc, ordonnée par le tribunal administratif de Montpellier, du collégien marocain, Mourad Kadi, a été annulée. De même, un tribunal de Bordeaux a annulé un arrêté de reconduite à la frontière d'un sans-papiers albanais, Erion Gjoni, 20 ans.

Entré en France en 2003, après avoir fui son beau-père qui le violentait, le jeune Albanais, scolarisé dans un lycée professionnel, n'a plus de contact avec sa famille. Il jouit d'une mesure "de protection d'un jeune majeur" du juge des enfants.

Rappelons que la mobilisation sans précédent du Service oecuménique d'entraide (CIMADE) du Languedoc-Roussillon et le RESF de l'Hérault avaient amené M. Sarkozy à accepter à la mi-juin de reconsidérer certains dossiers.
Les familles sans-papiers d'enfants scolarisés ont obtenu un sursis à leur expulsion, dans un premier temps jusqu'à la fin de l'année scolaire puis prolongé jusqu'à la mi-août.


Le Matin

You Don't Need To Be Perfect To Do Perfectly Well


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/07/2006 19:32:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Casawia
9atte3
9atte3

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2005
Messages: 1 170
sexe:
devise: Everything comes to an End
Localisation: The United Kingdom Of Casablanca
Point(s): 1 172
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 13/07/2006 12:36:58    Sujet du message: Mobilisation en France pour le retour du lycéen marocain Répondre en citant

Sarkozy: "il n'y a aucune raison de protester" contre l'expulsion du lycéen marocain Boujraf


Le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a estimé qu'il n'y a "aucune raison de protester" contre la reconduite à la frontière, le 7 juillet, du lycée marocain Abdellah Boujraf.

"Je ne vois (...) aucune raison de protester contre la reconduite à la frontière de M. Boujraf, qui constitue la juste application de la loi de la République", souligne M. Sarkozy dans une réponse écrite au député socialiste Jack Lang, dont l'AFP a obtenue copie mardi.


Abdellah Boujraf (19 ans), vivant en France depuis l'âge de 14 ans, a été expulsé vendredi vers le Maroc.


Jack Lang avait écrit vendredi au ministre de l'Intérieur pour lui exprimer sa "révolte" et réclamer "le respect de la parole donnée", expliquant que Boujraf "vivait en France depuis cinq ans", qu'il était "scolarisé dans le 19-ème arrondissement" à Paris, qu'il bénéficiait du "soutien de ses enseignants", qu'il avait "obtenu son CAP" et était inscrit en BEP.


Dans sa réponse, Sarkozy assure que le lycéen marocain "est arrivé en France sans visa", ajoutant qu'"il ne s'agit donc pas d'un enfant scolarisé" et que sa situation "n'entre aucunement dans le champ d'application" de la circulaire du 13 juin dernier.


"L'éloignement de ce jeune adulte vers son pays d'origine a fait l'objet de décisions juridictionnelles qui en ont confirmé la parfaite légalité", rappelle-t-il, citant à cet égard le rejet de la requête de M. Boujraf contre l'arrêté préfectoral de reconduite à la frontière par le tribunal administratifde Paris le 6 juillet.


Arrivé en France à l'âge de 14 ans pour rejoindre son père qui y travaille depuis 26 ans avec une carte de résident, le lycéen marocain est devenu le premier élève expulsé depuis la fin de l'année scolaire et du moratoire accordéaux enfants sans papier par le ministère de l'Intérieur.


Engagé contre l'expulsion des élèves étrangers, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) avait tenté d'arrêter cette expulsion alors que Boujraf se trouvait dans un centre de rétention pour une dispute avec un Sans Domicile Fixe (SDF).


"On reste sans voix devant ce genre de choses", avait déploré un animateur du Réseau qui avait promis de ne pas relâcher la mobilisation pour le retour du lycéen marocain.


"On ne désespère pas de l'obtenir", avait-il dit, citant le précédent retouren France d'une Malienne expulsée en mai dernier.


Plusieurs autres organisations des droits de l'Homme et associations de parents d'élèves avaient manifesté contre l'expulsion d'Abdellah Boujraf.


Jeune Afrique

You Don't Need To Be Perfect To Do Perfectly Well


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 09:33:23    Sujet du message: Mobilisation en France pour le retour du lycéen marocain

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info) Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com