Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Ibn Khaldoun (fr)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Personnalités -> Arabes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
SadPiano
Docteur
Docteur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 5 098
Membre: 7lay9i
sexe:
devise: لا إله إلا الله محمد رسول الله
Localisation: [[ S. W . S]]
7altek lyoum?: Mcalmé
Point(s): 5 361
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: 31/03/2007 10:28:08    Sujet du message: Ibn Khaldoun (fr) Répondre en citant




Ibn Khaldoun, ou Abou Zeid Abd ar-Rahman ibn Mohammed ibn Khaled al-Hadhrami (ابو زيد عبد الرحمن بن محمد بن خالد الحضرمي), né le 27 mai 1332 à Tunis et décédé le 19 mars 1406 au Caire, est un sociologue, historien et philosophe d'Afrique du Nord.

Ibn Khaldoun est le descendant d'une famille de notables originaires du Yémen, établie en Andalousie dès le VIIIe siècle puis émigrée en Tunisie. Il se considère ainsi comme arabe et se réclame d'une lignée remontant à l'Hadramaout (en l'an 10 de l'hégire). Il sera à la fois un historien et un sociologue (avant la lettre) des sociétés arabe, berbère et perse.

Il passe une partie de son existence à la cour mérinide, remplissant diverses fonctions politiques auprès des sultans de Tunis et de Fès (ce dernier ayant pour premier ministre l'écrivain Ibn al-Khatib avec lequel Ibn Khaldoun entretiendra longtemps des relations de rivalité amicale) puis du souverain de Grenade.

Ibn Khaldoun a un impact mesuré sur la culture et la pensée arabe. C'est toutefois un précurseur de la sociologie car il expose en effet dans sa célèbre œuvre Muqaddima (Discours sur l'histoire universelle) les bases d'une sociologie, ce qui en fait l'un des premiers théoriciens de l'histoire des civilisations. Il introduit la notion d'histoire cyclique fondée sur des facteurs profanes générés par l'affaiblissement naturel des générations sédentarisées, héritières des conquérants nomades, mais que la richesse et le mode de vie urbain entraînent dans un cycle inexorable de décadence. Arnold Toynbee dit de lui qu'il a « conçu et formulé une philosophie de l'Histoire qui est sans doute le plus grand travail qui ait jamais été créé par aucun esprit dans aucun temps et dans aucun pays ». Toutefois, il faut aussi rappeler qu'Ibn Khaldoun a écrit que « les seuls peuples à accepter vraiment l'esclavage sans espoir de retour sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade de l'animal. »

Ibn Khaldoun, ou Abou Zeid Abd ar-Rahman ibn Mohammed ibn Khaled al-Hadhrami (ابو زيد عبد الرحمن بن محمد بن خالد الحضرمي), né le 27 mai 1332 à Tunis et décédé le 19 mars 1406 au Caire, est un sociologue, historien et philosophe d'Afrique du Nord.

Ibn Khaldoun est le descendant d'une famille de notables originaires du Yémen, établie en Andalousie dès le VIIIe siècle puis émigrée en Tunisie. Il se considère ainsi comme arabe et se réclame d'une lignée remontant à l'Hadramaout (en l'an 10 de l'hégire). Il sera à la fois un historien et un sociologue (avant la lettre) des sociétés arabe, berbère et perse.

Il passe une partie de son existence à la cour mérinide, remplissant diverses fonctions politiques auprès des sultans de Tunis et de Fès (ce dernier ayant pour premier ministre l'écrivain Ibn al-Khatib avec lequel Ibn Khaldoun entretiendra longtemps des relations de rivalité amicale) puis du souverain de Grenade.

Ibn Khaldoun a un impact mesuré sur la culture et la pensée arabe. C'est toutefois un précurseur de la sociologie car il expose en effet dans sa célèbre œuvre Muqaddima (Discours sur l'histoire universelle) les bases d'une sociologie, ce qui en fait l'un des premiers théoriciens de l'histoire des civilisations. Il introduit la notion d'histoire cyclique fondée sur des facteurs profanes générés par l'affaiblissement naturel des générations sédentarisées, héritières des conquérants nomades, mais que la richesse et le mode de vie urbain entraînent dans un cycle inexorable de décadence. Arnold Toynbee dit de lui qu'il a « conçu et formulé une philosophie de l'Histoire qui est sans doute le plus grand travail qui ait jamais été créé par aucun esprit dans aucun temps et dans aucun pays ». Toutefois, il faut aussi rappeler qu'Ibn Khaldoun a écrit que « les seuls peuples à accepter vraiment l'esclavage sans espoir de retour sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade de l'animal. »

Parcours
En 1352, il entre en qualité de secrétaire au service du sultan Abou Ishaq. Au cours de cette même année, une guerre éclate entre l'émir de Tunis et celui de Constantine. Ibn Khaldoun met à profit cette guerre pour aller se reposer à Biskra. En 1354, il revient à Tunis et se marie avec une fille d'une famille influente.

Il se rend ensuite à Fès pour parachever sa formation intellectuelle. Il y réussit, grâce à sa très grande intelligence, à se faire nommer secrétaire principal du sultan Abou Inan. Mais celui-ci, influencé par certains courtisans hostiles à Ibn Khaldoun, fait jeter ce dernier en prison en 1356. Il est libéré après la mort du sultan et devient cadi malékite pour ensuite partir à Grenade (Espagne) en 1362 C'est là qu'Ibn Khaldoun se lie d'amitié avec le philosophe renommé Ibn al-Khatib. En 1365, il quitte l'Andalousie pour Bougie où l'un de ses amis, le prince hafside Abou Abdellah, vient de prendre le pouvoir. Il y obtient le poste de premier ministre et assure les fonctions de prédicateur à la grande mosquée d'El Qacaba. Mais la ville de Bougie tombe entre les mains d'Aboul Abbas (un autre prince hafside). Ibn Khaldoun prend alors la fuite et se réfugie à Tlemcen, chez le prince Abdelwadid Abou Hammou, qui le charge alors de se rendre à Biskra en vue de lui recruter les soldats parmi les tribus arabes des Dhawawidas.

Puis, en 1370, il regagne Tlemcen pour assumer les fonctions de premier ministre. Mais la guerre éclate entre Fès et Tlemcen. Ibn Khaldoun voulant retourner à Biskra est arrêté par des soldats mérinides lancés à sa poursuite. Il sauve alors sa tête en acceptant de se rendre une fois encore à Biskra pour y recruter des combattants pour le compte de Fès.

En 1372, Abou Hammou reconquiert le pouvoir et lance ses partisans à la recherche d'Ibn Khaldoun dont il veut se venger. Celui-ci parvient à rejoindre Fès où la situation est confuse mais se retrouve en prison. Il n'y restera pas longtemps grâce à l'intervention de son ami le prince de Marrakech. En 1374, il décide de s'embarquer pour Grenade, Muhammad V se débarrassant de lui en le faisant débarquer au port de Honein (Tlemcen) et en le livrant ainsi à la merci d'Abou Hammou (devenu l'émir Abdelwadid Wanzammar).

L'émir de Tlemcen Wanzammar profite de l'occasion pour le charger encore une fois d'une mission à Biskra. Mais en cours de route, il renonce à cette tâche et s'établit dans une forteresse appartenant à son protecteur, la Qalaa de Beni Salama, située sur un piton à proximité de Taghazaout (aux environs de Frenda) où il compose les Muqaddima et une partie de l'histoire des Berbères. Il y demeure de 1375 à 1378.

En 1378, il regagne Tunis où il demande et obtient un poste de professeur. Son enseignement est d'une qualité telle que les étudiants n'hésitent pas à déserter les cours de son puissant rival Ibn Arafa pour suivre les siens. Aussi celui-ci décide-t-il d'intriguer contre lui. En 1382, Ibn Khaldoun, lassé des complots et des polémiques stériles, quitte Tunis pour l'Égypte. Le roi Barqouq l'y nomme grand cadi malékite, fonction qu'il perdra par la suite.

Fidèle à son attachement vis-à-vis de sa famille, il lui demande de le rejoindre au Caire. Malheureusement, tous les membres de celle-ci meurent dans un naufrage au large de la Libye. Cette catastrophe est le coup le plus dur qu'il ait jamais ressenti dans son existence.

En 1401, Ibn Khaldoun rencontre Tamerlan qui est tristement célèbre pour sa cruauté. En effet le roi égyptien Farraj, fils de Barqouq, souhaite repousser les troupes turco-mongoles et se fait accompagner de nombreuses personnalités dont Ibn Khaldoun. Ce dernier retourne au Caire et récupère sa charge de grand cadi malékite. Il l'exerce jusqu'à sa mort qui survient le mercredi 19 mars 1406 (25 Ramadan 808).

Œuvre

Ibn Khaldoun est l'un des plus grands penseurs arabes. Depuis bientôt un demi-siècle, son importance est reconnue dans les milieux intellectuels qu'ils soient européens ou arabes. Or, depuis quelques temps, l'œuvre d'Ibn Khaldoun est violemment dénigrée et récusée par certains écrivains et publicistes musulmans.

Il est paradoxal que des intellectuels musulmans rejettent l'un des plus grands penseurs arabes alors que tous ses commentateurs disent que sa méthode d'analyse des phénomènes sociaux et politiques est en avance de plusieurs siècles sur la pensée européenne de la fin du Moyen Âge.

Les critiques européens ont prétendu par le passé que ce n'était pas un vrai musulman mais un philosophe libre penseur et un émule d'Averroès.

Ibn Khaldoun avait prédit ce qu'on appelle aujourd'hui la mondialisation culturelle dans sa théorie du vainqueur et du vaincu (الغالب والمغلوب) en déclarant que le vaincu est fasciné par le slogan, l'uniforme et les habitudes du vainqueur : المغلوب مولع بالإقتداء بالغالب في شعاره وزيه ونحلته وسائر أحواله وعوائده.

Il est le premier penseur à parler de l'importance de l'économie dans la politique.

hbal bladi wla 3e9el bladat nass


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 31/03/2007 10:28:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
StupifY
sbi6ar
sbi6ar

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2005
Messages: 1 705
sexe:
devise: KhOKhO Ble3
Localisation: The Target
Point(s): 1 702
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 31/03/2007 16:46:35    Sujet du message: Ibn Khaldoun (fr) Répondre en citant

l3ezzz chokran a leila 3la m3loumat lmoufida siri layjewjek Laughing

Revenir en haut
SadPiano
Docteur
Docteur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 5 098
Membre: 7lay9i
sexe:
devise: لا إله إلا الله محمد رسول الله
Localisation: [[ S. W . S]]
7altek lyoum?: Mcalmé
Point(s): 5 361
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: 02/04/2007 12:58:42    Sujet du message: Ibn Khaldoun (fr) Répondre en citant

l3aaafw akhti nouffisaa hada wajeb
khtek mjewja telbi m3aanaa zra3 w zaree3aa Very Happy

hbal bladi wla 3e9el bladat nass


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 05/12/2016 02:26:53    Sujet du message: Ibn Khaldoun (fr)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Personnalités -> Arabes Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com