Portail
Portail
Forum
Forum
ConnexionNom d’utilisateurMot de passe
Se connecter automatiquement à chaque visite    
S’enregistrer
S’enregistrer
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Tony Blair à Paris au lendemain de l'annonce de son départ

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
SadPiano
Docteur
Docteur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2005
Messages: 5 098
Membre: 7lay9i
sexe:
devise: لا إله إلا الله محمد رسول الله
Localisation: [[ S. W . S]]
7altek lyoum?: Mcalmé
Point(s): 5 361
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: 12/05/2007 11:37:22    Sujet du message: Tony Blair à Paris au lendemain de l'annonce de son départ Répondre en citant

Tony Blair à Paris au lendemain de l'annonce de son départ fin juin




Le Premier ministre britannique Tony Blair, qui quittera ses fonctions le 27 juin sera reçu à 16H30 à l'Elysée par le président français Jacques Chirac puis par le successeur de ce dernier Nicolas Sarkozy.

Le Premier ministre britannique Tony Blair a annoncé jeudi qu'il quitterait le pouvoir le 27 juin, après avoir dirigé pendant 10 ans un pays qu'il a profondément modernisé, mais également divisé sur la guerre en Irak."J'ai été Premier ministre de ce pays pendant plus de dix ans. A ce poste, dans le monde d'aujourd'hui, je pense que c'est assez long, pour moi mais encore plus pour le pays", a déclaré M. Blair, 54 ans, qui devrait être remplacé par son ministre des Finances Gordon Brown, sans élections anticipées

"Le 27 juin je présenterai ma démission du poste de Premier ministre à la reine (Elizabeth II)", a-t-il précisé, lors d'un discours très applaudi qu'il a achevé les yeux humides et la voix cassée.

M. Blair, qui part à la moitié de son troisième mandat, a défendu son bilan, affirmant qu'il avait accompli en dix ans plus de choses qu'aucun autre gouvernement depuis la Seconde guerre mondiale: "plus d'emplois, moins de chômeurs, de meilleurs résultats pour la santé et l'éducation, une criminalité plus faible, et la croissance économique".

"La main sur le coeur, j'ai fait ce que je pensais être bien pour le pays. Je peux avoir eu tort, mais j'ai fait ce que je pensais être bien pour notre pays", a-t-il déclaré.

Cet homme politique brillant et charismatique, porté au pouvoir en 1997 par un immense espoir populaire, ne s'est en revanche guère étendu sur ce qui restera la tache sur son bilan, la guerre en Irak.

M. Blair a informé ses ministres jeudi matin à Downing Street de son départ, puis s'est rendu pour son discours dans le village de Trimdon, dans sa circonscription de Sedgefield (nord-est de l'Angleterre) d'où il avait lancé le 11 juin 1994 sa campagne pour devenir chef du parti travailliste.

La Maison Blanche a salué un "dirigeant extraordinaire", un "ami et allié" du président George W. Bush.

Le Premier ministre irlandais Bertie Ahern l'a remercié pour l'"héritage sans prix de la paix" qu'il laisse sur l'île d'Irlande.

Son successeur probable, Gordon Brown, 56 ans, a rendu hommage à ses succès "uniques, sans précédent et qui vont durer".

Le président américain s'est déjà déclaré "prêt à travailler" avec Gordon Brown s'il succède à Tony Blair.

M. Blair était devenu leader du parti travailliste en 1994, avant de rentrer triomphalement à Downing Street en 1997.

Il y a enchaîné trois mandats, grâce à trois victoires successives de son parti aux législatives, du jamais vu pour un leader du Labour.

L'annonce de son départ intervient dans la foulée d'un de ses succès majeurs: la remise en route mardi du gouvernement nord-irlandais, où cohabitent désormais protestants et catholiques.

Mais cinq jours plus tôt, son parti, au plus bas dans les sondages, avait subi de sérieux revers aux élections locales et régionales.

Son départ n'est en rien une surprise, la seule incertitude portait sur la date.

Les Britanniques jugent son action sans indulgence, en dépit de la croissance ininterrompue depuis dix ans qui a largement enrichi le pays, du faible taux de chômage et des vastes réformes dans les services publics.

Ils ne lui ont jamais pardonné la guerre en Irak et Tony Blair est également critiqué pour une politique étrangère marquée par un alignement sans faille sur les Etats-Unis.

"M. Blair est le politicien le plus accompli de sa génération. Il ne peut pas être jugé plus durement qu'il ne l'est" actuellement au Royaume-Uni, confiait récemment Philip Stephens, du Financial Times, auteur d'une biographie de M. Blair. Le Premier ministre doit aussi rencontrer prochainement à Londres Jalal Talabani le président irakien et pourrait se rendre rapidement à Washington. Il a prévu d'assister en juin au sommet du G8 en Allemagne, puis au sommet européen à Bruxelles.

M. Blair n'a encore rien dit de son avenir après Downing Street. La presse britannique affirme qu'il pourrait se consacrer à une Fondation Blair, devenir ambassadeur itinérant en Afrique, voire au Proche-Orient, ou encore président de l'Union européenne.

A moins qu'il n'écrive ses mémoires, qui pourraient lui rapporter des millions. Excellent orateur, il est assuré de gagner une fortune s'il se lance dans le circuit international des conférences.


AFP

hbal bladi wla 3e9el bladat nass


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/05/2007 11:37:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hbalbladi Index du Forum -> Rjou3 allah -> Jaridate a lhoubala (info) Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
iCGstation v1.0 Template By Ray © 2003, 2004 iOptional

Traduction par : phpBB-fr.com